EVI
fren

Animaux Polaires

Découvrez les animaux en image et en description.

Cette rubrique vous permet d’apprendre quelles sont les caractéristiques et les statuts de conservation des animaux polaires.

Classées par ordre alphabétique, régulièrement de nouvelles espèces apparaîtront dans la liste.

*

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Ours polaire

ours_polaire

L'ours polaire

L'ours polaire

Identité

Ordre : Carnivora

Famille : Ursidae

Genre : Ursus

Lieu : Les bords de l’Océan Arctique

Description

L’ours polaire, dont le nom scientifique « Ursus maritimus » signifie « Ours marin », est le plus grand carnivore terrestre, avec l’ours ‘kodiak’, sous-espèce d’ours brun habitant les îles de l’archipel Kodiak en Alaska. Sa fourrure est blanc-­crème, épaisse et imperméable. Sous ce pelage, la peau de l’ours polaire est noire et absorbe ainsi l’énergie solaire. Ces critères, ajoutés à une épaisse couche de graisse, permettent à l’ours polaire de résister aux températures glaciales. La température corporelle de l’ours mâle peut atteindre 39°C alors qu’il marche dans un environnement à -25°C. L’ours mâle mesure entre 2,40 et 3 mètres pour 400 kg à 600 kg (pouvant atteindre une tonne). La femelle est quant à elle deux fois plus petite et plus légère. La vue et l’ouïe de l’ours polaire sont très fins, son odorat est impressionnant et lui permet de renifler ses proies à des dizaines de kilomètres à la ronde. Sa tête et son coup allongés lui permettent de se glisser facilement dans les trous de glace pour la chasse. Des cavités et protubérances sur la plante des pieds servent de ventouses à l’ours, favorisant sa circulation sur la glace. Un ours polaire vit en moyenne 35 ans.

Habitat

L’ours polaire se trouve sur les banquises du pôle Nord, sur les bords de l’océan Arctique. On le retrouve au Canada (environ 60% de leur population), au Groendland, en Norvège et en Russie. On peut parfois l’observer plus au sud, en Islande et dans le nord de la Scandinavie. L’environnement idéal pour l’ours polaire est constitué de banquise et d’eau. On constate notamment de plus en plus d’ours polaires présents sur la terre ferme pour des périodes de plus en plus longues, pris au dépourvu par le réchauffement climatique.

polar-bear-674001_1280

 

Alimentation

L’ours polaire est un animal omnivore, cependant presque essentiellement carnivore. Il mange principalement des phoques, qui constituent 90% de leur repas, qu’il peut localiser très facilement grâce à son odorat très développé. Un ours polaire peut avaler en une fois un phoque de 70 kg. Il se nourrit également des poissons et s’attaque parfois aux morses, bélugas, oiseaux, œufs, baies ou lichens. Il se nourrit surtout de la graisse et de la peau de ses proies, laissant les restes aux charognards. Certaines périodes, les ours n’ont pas d’autres choix que d’aller sur la terre ferme, où ils vivent sur leur réserve de graisse ou en mangeant davantage les charognes, et parfois même les chiens de traîneau.

Reproduction

L’ours polaire atteint sa maturité sexuelle vers l’âge de 4-­5 ans. La période de reproduction se fait d’Avril à Juin. La période de gestation dure 6 mois, à laquelle s’en suit la naissance de un à quatre oursons. La mère creuse ensuite une tanière pouvant mesurer jusqu’à 3 mètres de long, 2,4 mètres de large et 1,4 mètres de haut, que l’ourson ne quittera qu’au mois de Février-Mars environ. Le petit reste avec sa mère environ 2 ans, durant lesquels il apprend à chasser et à survivre. Faisant face à une diminution de leur population, les ours polaires s’accouplent parfois avec des grizzlis. Malheureusement, ces hybrides ne sont pas vraiment adaptés aux températures extrêmes et sont moins bon nageurs.

Ennemis

Le loup arctique s’en prend parfois à l’ours polaire, notamment aux nouveaux nés, le morse peut également être une menace pour cette espèce, mais ce sont de rares cas. L’homme est le principal ennemi de l’ours polaire. En effet, ces animaux sont non seulement chassés pour leur viande et leur fourrure, mais aussi très demandés pour servir d’exposition dans les zoos. Quant au réchauffement climatique, il réduit l’habitat de l’ours polaire et influe sur la période de chasse. Il est une vrai menace pour les femelles qui, si elles n’ont pas suffisamment de réserve de graisse pour l’hiver, ne peuvent pas mettre bas. La pollution due aux matières toxiques répandues dans les eaux représente également un réel danger pour les habitants de la banquise.

Statut

L’ours polaire est classé comme espèce « vulnérable » selon l’UICN (Union International pour la Conservation de la Nature). Les populations menacées par l’influence de l’homme et par le réchauffement climatique ont, en effet, fortement diminuées et sont en proie au danger de l’extinction.

Phoque du Groenland

Phoque_groenland

Le phoque du Groenland

Le phoque du Groenland

Identité

Ordre : Carnivora

Famille : Phocidae

Lieu : Groenland / Arctique

Description

La famille du phoque comprend 18 espèces, dont 5 dans l’hémisphère Sud et 14 dans l’hémisphère Nord. La fourrure du phoque du Groenland varie de couleur selon l’âge. Blanche à la naissance, elle devient grise ensuite, puis se tâche de noir et reviens vers le blanc à la vieillesse. Le phoque gris du Groenland mesure en moyenne 3 mètres pour les mâles, qui pèsent autour de 330 kg et 2,20 mètres pour les femelles qui pèsent autour de 190 kg. Le phoque a une durée de vie de 20 à 35 ans.

Habitat

Le phoque du Groenland se reproduit et mue sur la banquise, puis il migre par groupes de 20 à 30 individus vers l’Arctique, où il trouve une autre alimentation. Cette migration commence de fin-mars à début-mai. Les phoques nagent pendant 3 mois vers leur objectif. Le reste du temps, ils vivent au large.

Alimentation

Le phoque se nourrit de poissons, de mollusques et de crustacés. Il a de puissantes canines, mais pas de molaires. Il avale donc ses proies sans mâcher. Le phoque du Groenland peut ingérer environ 1,5 tonnes de nourriture par an.

Reproduction

La maturité sexuelle du phoque est atteinte entre 3 et 7 ans. La période de reproduction du phoque gris se fait entre Septembre et Mars. La période de gestation est d’environ 11 mois, après laquelle un seul petit arrive au monde. Les phoques du Groenland peuvent parcourir 4000 km vers les banquises pour aller se reproduire. Le petit ne sait pas nager à sa naissance. Les poils de son pelage tombent après deux semaines, il s’agit d’une mue nécessaire pour la nage et la pêche.

 

 

Ennemis

Lors de la migration, les dangers sont nombreux et l’orque consiste la plus grande menace pour les phoques. Sur la banquise, l’ours polaire est aussi un prédateur du petit animal. L’autre ennemi du phoque est l’homme. Pendant longtemps, les phoques ont été chassé pour leur graisse, leur fourrure et pour leur viande. Les adorables petits phoque du Groenland, munis de pelage blanc et duveteux, ont subit un triste massacre qui s’est fait connaître à travers le monde. Chaque année, 100 000 d’entre eux étaient tués dans le Golf de Saint Laurent.

Statut

C’est seulement à partir de 1987 que le commerce des peaux de bébés, faciles à assommer, a été interdit. Malheureusement, au Canada, le commerce des phoques a par la suite recommencé. On a pu compter, en 2005, 250 00 bébés phoques massacrés en 10 jours. Des associations se sont révoltées, soutenues par l’opinion publique choquée par le massacre et, actuellement, seule la chasse des phoques adultes est autorisée. Ce fut l’un des premiers combats de la grande Brigitte Bardot en tant que protectrice des animaux. Les phoques du Groenland n’étaient pas en danger d’extinction lorsqu’il y a eu protestation pour les protéger. Cependant, avec des pertes de 70% de nouveau-nés par an, l’espèce était vouée à ce destin s’il n’y avait pas eu la réaction des activistes du monde.

Pingouin

pingouin

Le pingouin

Le pingouin

Identité

Ordre : Charadriiformes

Famille : Alcidae

Genre : Alca

Lieu : Hémisphère nord

Description

Le pingouin est un oiseau marin, souvent confondu avec le manchot qui lui ressemble. À la différence de celui-ci, le pingouin a des membres qui lui permettent de voler et un pelage uniquement noir et blanc. Le pingouin mesure environ 40 cm pour un poids situé entre 500 g et 700 g. Il est assez maladroit sur le sol, mais excellent dans l’eau. Ses ailes lui servent alors de nageoires et lui permettent d’aller en profondeur. Le pingouin ‘jabote’. Sa durée de vie moyenne est de 20 ans.

Habitat

Le pingouin se trouve dans l’hémisphère Nord de la planète. Il se balade sur les banquises de l’Arctique. On le retrouve le long des côtes de l’Amérique du Nord, en Islande, mais aussi en Europe, du nord de la France jusqu’en Russie. Il nage notamment dans les eaux de l’océan Atlantique.

Alimentation

Le pingouin, étant un oiseau marin et un très bon nageur, se nourrit de poissons et de crustacés. Il a pour habitude de grimper sur une falaise, puis de plonger dans l’eau pour attraper sa nourriture.

Reproduction

La période de reproduction des pingouins est au printemps. Les pingouins s’accouplent sur les falaises. Le mâle construit le nid en creusant un trou. Ensuite, les deux parents se relaieront pour couver les œufs. La période de couvaison dure entre 26 et 32 jours. Le petit quitte le nid vers l’âge de 8 semaines et apprend déjà à nager et à voler. Le pingouin est un animal monogame, les couples peuvent perdurer des années, jusqu’à la mort d’un des partenaires.

Ennemis

Les pingouins ont plusieurs types de prédateurs. Leur prédateurs terrestres sont par exemple les lions de mer, les otaries, les renards. Parmi leur prédateurs aériens, on compte les rapaces comme le faucon, les goélands, les corbeaux. Et bien sûr, comme souvent, l’homme est l’un des ennemis du pingouin, mettant an danger les populations de part la place qu’il occupe dans le monde : par exemple, à cause des « marées noires » de pétroles et la pollution qu’il provoque.

Statut

Autrefois, il existait le « Grand pingouin », éteint depuis 1844. Actuellement, le « Petit pingouin » est la seule espèce restante. L’espèce est menacée par l’activité humaine, qui provoque notamment des ‘marées noires’ destructrices, mais aussi par la diminution des ressources alimentaires. En France, par exemple, on a observé une forte diminution de la population des pingouins (que l’on trouve sur les côtes bretonnes) ces dernières décennies, qui avait valu à cette espèce d’être classé en « danger critique d’extinction » par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Actuellement, le pingouin n’est pas classé en danger par l’UICN. De manière générale, il vit une vie tranquille. Ces principales menaces provenant de l’activité humaine, nous devons cependant absolument prêter attention à notre influence sur l’environnement de ces animaux.

Renard polaire

Renard_polaire

Le renard polaire

Le renard polaire

Identité

Ordre : Carnivora

Famille : Canidé

Genre : Vulpes

Lieu : Hémisphère Nord

Description

Le renard polaire est parfaitement adapté à l’univers glacial qui l’entoure. Son pelage change de couleur suivant les saisons, se confondant ainsi à son environnement. Il est dans les tons blanc et gris­-bleu en hiver et brun en été. Il peut survivre a des températures extrêmes proches de ­-80°C grâce à cette épaisse fourrure. Il a de courtes pattes, de petites oreilles et un court museau, adaptés à la conservation d’un maximum de la chaleur. Le dessous de ses pattes est recouvert de poils pour le protéger du contact avec le sol froid et neigeux. Sa longue queue touffue lui permet également de se protéger du froid. Le renard polaire mesure en moyenne 70 cm de long, sans compter sa queue qui peut mesurer de 25 à 40 cm. Son poids se situe entre 5 kg et 9 kg en moyenne. La durée de vie du renard polaire est d’environ 10 ans. Le renard peut glapir, japper, gémir, ou aboyer. La plupart du temps, ils communiquent entre eux par des hurlements audibles à de longues distances.

Habitat

Le renard polaire est présent dans toute la zone arctique, à savoir au Groenland, au Canada, en Alaska, en Islande, en Russie et au nord de la Scandinavie.

Alimentation

Le renard polaire est un animal omnivore. Il se nourrit beaucoup de rongeurs polaires, comme le lièvre polaire ou le lemming, mais aussi de jeunes phoques, d’oiseaux, d’œufs ou encore de charognes qu’il pique parfois à l’ours polaire. Il peut également se nourrir de baies, de poissons, de crustacés ou de mollusques. Le renard est capable de se constituer un garde-­manger impressionnant, rassemblant des dizaines de nourritures.

Reproduction

La maturité sexuelle du renard polaire se fait vers l’âge de un an. Il se reproduit de Mars à Avril. La période de gestation dure de 51 à 54 jours environ. Deux à huit renardeaux sont mis au monde en moyenne, parfois davantage. La renarde creuse un terrier pour mettre bas et les petits restent dans leur tanière pendant 3 à 6 semaines. Le couple de renard, soudé, s’occupe ensemble de ses petits.

Ennemis

Le renard polaire est une proie vulnérable. Il peut être chassé par l’ours, le carcajou, l’aigle royal. L’un de ses prédateurs le plus féroce étant l’homme, qui le chasse pour récupérer sa magnifique fourrure. En Russie, il existe même des fermes d’élevage qui exploitent cet animal afin de mettre à la vente la fourrure.

Statut

La chasse intensive du renard polaire pour sa fourrure a failli provoquer son extinction, en Scandinavie en particulier où il est en réel danger. Il est protégé en Suède depuis 1928, en Norvège depuis 1930 et en Finlande depuis 1940. Le renard étant un animal commun dans l’ensemble de son aire d’habitation, il reste classé en « préoccupation mineure » par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

 

Retrouvez les autres animaux du monde ici.