EVI
fren

Expérimentations sans animaux : c’est possible !

 experimentations-animales-5

L’Homme et l’animal, des modèles biologiques différents !

L’expérimentation animale est fondée sur l’idée que les modèles homme/animal sont proches. Or, il est désormais reconnu de l’inutilité de ces tests et de leur dangerosité par de nombreux chercheurs tels que le comité scientifique Pro Anima ou Antidote Europe.

En effet, de nombreux produits testés sur les animaux se sont révélés inefficaces sur l’homme, voire même dangereux, entraînant des effets secondaires voire la mort. Pour preuve, les maladies iatrogènes, c’est-à-dire dont l’état ou les effets secondaires ont été provoqués par un traitement, représentent la quatrième cause de mortalité dans les pays industrialisés.

Aucune espèce ne peut être prise comme modèle biologique fiable. L’aspirine est mortel pour 99% des espèces animales, la morphine excite les rats et les chats alors qu’elle apaise l’homme, l’arsenic n’a aucun effet sur un mouton tandis que l’amande douce est fatale au renard. Certains médicaments, testés sur les animaux et déclarés inoffensif peuvent entraîner des conséquences dramatiques sur l’homme. Entre 1957-1961, par exemple, la Thalidomide, prescrit aux femmes enceintes contre les nausées, a provoqué la naissance de milliers d’enfants avec des malformations graves.

Les expérimentations animales se révèlent inutiles et coûteuses en temps et en argent. Comme le souligne Antidote Europe «les plus grandes découvertes thérapeutiques ont été faites par l’observation clinique et l’épidémiologie» notamment pour les maladies cardio-vasculaires (1er cause de mortalité dans les pays développés).

Les alternatives : le chemin vers une science éthique

Les scientifiques mettent en place des méthodes substitutives qui se révèlent être moins chères et plus fiables car elles sont utilisables directement sur l’homme.

Il est important de rappeler que les principales causes de décès sont issues de notre hygiène de vie personnelle : tabac, alcool, sédentarité, nutrition, obésité, diabète. Dans ce cas, la prévention tient une place centrale pour limiter les risques d’être touché.

L’ingénierie tissulaire

Il permet la culture de tissus humains servant dans la recherche médicamenteuse, mais aussi pour cultiver et étudier des tissus cancéreux ainsi que pour tester des produits chimiques.

Contre les maladies cardio-vasculaire

Des scientifiques ont crée une plateforme sur laquelle de fragiles vaisseaux sanguins peuvent être fixés et permettent aux facteurs favorisant ou provoquant des maladies cardio-vasculaires d’être étudiés en détail.

Dispositifs micro-synthétique pour tester les médicaments

Des chercheurs de l’université d’Harvard ont réussi à mettre au point une puce stimulant le fonctionnement d’organe. Cette puce se compose de plusieurs compartiments dans lesquels des cellules humaines de plusieurs organes sont mis en communication via des petits canaux reproduisant les vaisseaux sanguins. À plus long terme, les chercheurs espèrent pouvoir connecter les puces entre elles afin de reproduire un organisme vivant dans son intégralité.

Ces organes sur puce révolutionnaires pourraient mettre fin aux tests sur les animaux par Gentside Découverte

L’imprimante 3D

Cette technologie pourrait permettre d’imprimer en trois dimension des organes pour des transplantations. En effet, il est possible de produire des tissus de muscles et de poumons à partir de l’impression d’une pâte contenant des cellules humaines.

Des chercheurs créent une imprimante 3D capable de fabriquer des tissus et organes humains par Gentside Découverte

L’enseignement

Que ce soit dans les études de médecines ou dans les cours de sciences, les expérimentations animales peuvent être remplacées. Une table de dissection virtuelle a été conçue par l’Université de Standford tandis que le 25 juillet 2016, une nouvelle circulaire du ministère de l’Éducation Nationale française a interdit la dissection animale en cours de Science de la Vie et de la Terre. Pour remplacer les dissections, des solutions sont envisagées : supports vidéos, logiciels de simulation, modèles anatomiques.

EthicScience

Ethic Science récolte des fonds pour le financement et l’aide au développement de programmes de recherches éthiques. Il soutient notamment trois programmes :

  • Le laboratoire Oncotheis a conçu un modèle tri-dimensionnel in vitro de tumeurs à partir de cellules de patients. Il s’agit donc d’un modèle unique de cancer du poumon in-vitro. Il convient de rappeler que le cancer du poumon est la première cause de décès. Ce programme est en phase d’expérimentation.
  • Comprendre la maladie de Parkinson : soutien des travaux du Professeur Schwamborn.Mobilisé avec son équipe pour comprendre et traiter la maladie de Parkinson, Jens Schwamborn utilise les dernières technologies de la bio ingénierie pour trouver des solutions concrètes à cette terrible pathologie. 
En France 150 000 personnes sont touchées par cette pathologie. L’expérimentation in vivo ne permettant pas d’avancées significatives concernant les maladies neurodégénératives, il est nécessaire de soutenir les nouveaux outils de recherche n’impliquant pas l’expérimentation animale.
  • Pour le moment, les effets à long terme de l’utilisation des cigarettes électroniques sont méconnus. Pour évaluer cette potentielle nocivité, la société de biotechnologie Ephitelix a développer un modèle de mini-poumons reconstitués in vitro à partir de cellules humaines reproduisant les caractéristiques du tissu d’origine, ce que ne permet pas les expérimentations animales.

Valitox est un programme supplémentaire piloté par le comité scientifique Pro Anima. Il permet de tester la toxicité éventuelle d’une substance sur des cellules humaines en culture. Ce projet pourrait remplacer les tests de DL50 et CL50 en toxicologie et écotoxicologie dans les domaines pharmaceutiques, cosmétiques, alimentaires, agrochimiques et des substances chimiques.

Faites un don ICI ou ICI.

Mais alors pourquoi les expériences sur les animaux se poursuivent ?

Une protection juridique pour les industries pharmaceutiques et chimiques

En cas de décès ou d’incidents causés par des produits chimiques ou des médicaments, les entreprises ne peuvent être poursuivies si ces produits ont été testés sur des animaux préalablement conformément à la loi. Les entreprises sont donc dédouanés de toutes responsabilités.

Des intérêts économiques et professionnels

Les expérimentations expérimentales sont au centre d’une intense activité commerciale incluant, entre autres, la vente des animaux, de l’alimentation, des matériels de contentions. Les tests sur les animaux sont également liés à des intérêts économiques et professionnels très importants. En effet, dans le domaine de la science académique, publier est indispensable afin de donner de l’essor à une carrière. Dans ce contexte, l’expérimentation animale permet de reprendre rapidement un modèle animale, de modifier quelques variables pour arriver à de «nouvelles» données qui ne font pas forcément avancer la recherche. De plus, le développement des méthodes alternatives manque cruellement de soutien financier. En effet, les organismes de financement préfèrent encourager les projets de recherche utilisant des animaux car cette méthode est traditionnellement respectée. Enfin, la paresse est également un facteur important expliquant le maintien des tests sur les animaux. Les scientifiques, habitués à ces expérimentations, ne souhaitent pas remettre en cause leur pratique et leur travail et ils préfèrent poursuivre comme ils l’ont toujours fait.

Si les expérimentations se poursuivent ce n’est donc pas pour son intérêt scientifique !

AGIR pour mettre fin aux expérimentations animales

Pour arrêter ces tortures inutiles et mettre fin définitivement aux expérimentations animales, vous pouvez vous opposer à cette pratique de plusieurs manières :

  • SENSIBILISER ET INFORMER VOTRE ENTOURAGE

  • SIGNEZ LES PÉTITIONS SUIVANTES :

Stop à la souffrance dans les laboratoires

Pour une interdiction définitive de l’expérimentation animale

Mourir pour du détergent

  • DEMANDER AUX CAMPAGNES FINANÇANT LA VIVISECTION, TELLES QUE LE TÉLÉTHON, DE SOUTENIR UNIQUEMENT LES MÉTHODES DE RECHERCHES SANS ANIMAUX.

    Une lettre type à envoyer à AFM Téléthon est mis à disposition par PETA à la fin de son article: ICI

  • FAIRE UN DON À ETHICSCIENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT D’UNE RECHERCHE ÉTHIQUE ET DES TROIS PROGRAMMES PRÉSENTÉS PRÉCÉDEMMENT

  • ACHETER DES COSMÉTIQUES ET DES PRODUITS MÉNAGERS PORTANT LA MENTION «NON TESTÉS SUR LES ANIMAUX » OU LES LABELS SPÉCIALISÉS

    experimentations-animales-7 experimentations-animales-6

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*