EVI
fren

JMFS – Journée mondiale pour la fin du spécisme

jmfs-specisme

Depuis plusieurs années maintenant, une journée mondiale est dédiée à la fin du spécisme. Après le racisme et le sexisme, le spécisme est désormais une cause fondamentale à défendre dans notre société qui se veut évoluée.

Le spécisme, c’est quoi ?

Ce concept est apparu en 1970 avec l’ouvrage de l’écrivain et psychologue Richard D. Ryder Speciesism. Il désigne la discrimination basée, non plus sur la race ou le sexe mais sur l’espèce. Avec le spécisme, l’espèce devient un critère morale pour tout acte de subordination, l’homme considérant sa race comme supérieure à toute autre.

Dès lors, la vie et les intérêts des animaux peuvent être méprisés pour la seule raison qu’ils sont d’une autre espèce. Le spécisme justifie totalement l’utilisation animale dans notre quotidien pour notre alimentation, nos loisirs, notre commerce, nos expérimentations sans considération de leur sensibilité et de leur droit à vivre.

specisme

Heureusement, à l’image du racisme ou du sexisme, considérés comme banal au siècle dernier puis vivement combattus, le spécisme devient l’un des débats de société les plus importants de notre siècle. Notre morale ne doit plus reposer sur la notion d’espèce et se doit d’y inclure les animaux.

Les revendications

La Journée Mondiale pour la fin du spécisme est donc l’occasion de faire entendre les revendications en faveur de l’égalité et la justice entre tous les êtres vivants et sensibles.

Une première évolution doit être portée sur le statut juridique de l’animal. Les animaux sont soumis à un statut de propriété qui permet aux entreprises et industriels de les utiliser comme de simples marchandises malgré la sensibilité qui leur est désormais reconnue par les éthologues. Cette évolution permettrait notamment de voir les intérêts des animaux représentés devant la justice par des associations, des tuteurs, autres que les propriétaires. En continuité avec la reconnaissance de la sensibilité des animaux et de leur droit à être sauvegardé, l’arrêt des expérimentations animales est indispensable et vivement réclamé.

Une autre évolution doit être portée sur l’éducation des générations futures. La Journée mondiale du spécisme appelle le développement actif d’une éducation bienveillante à l’égard des animaux via la multiplication d’actions de sensibilisation et d’information afin de leur inculquer le respect de toute vie terrestre.

Dans le même sens, cette journée mondiale souhaite promouvoir pour les générations futures une alimentation pacifique. La majorité des animaux tués sur la planète, le sont pour notre alimentation et notamment dans des conditions d’extrêmes violences. Pourtant, le nombre de végétariens et végétaliens prouvent que la consommation des produits animaux n’est pas indispensable à notre alimentation. C’est pourquoi la fin des subventions à l’agriculture animale, au profit d’aides de reconversion dans ce secteur semble être la meilleure solution pour la mise en place d’une alimentation plus saine et végétale.

Enfin, dans un contexte environnemental toujours plus alarmant (dérèglement, climatique, pollution, surpêche etc.), il est indispensable de prendre conscience que nos actes impactent l’ensemble de l’écosystème. Beaucoup trop d’animaux souffrent dans leur état naturel des décisions prises égoïstement par l’humain à l’image de la déforestation qui entraîne la disparition de nombreuses espèces. C’est pourquoi, il est crucial que les décisions environnementales prennent en considération les intérêts des animaux.

Participer à la Journée Mondiale pour la fin du spécisme

Afin d’apporter votre soutien et dénoncer le spécisme, vous pouvez vous rendre aux nombreuses marches et événements organisées dans le monde entier. Ensemble, nous pouvons faire évoluer notre société pour un monde meilleur et bienveillant.

• PARIS, Place de la république à partir de 12h : marche annulée par le gouvernement français en raison de l’état d’urgence, toutefois, le village association, comportant de nombreux stands d’associations pour la protection animale, de restauration végétalienne et d’entreprises végan, est maintenu. Page de la manifestation : https://www.facebook.com/events/980540825374286/

• NICE, Palais de justice à partir de 14h. Page de la manifestation : https://www.facebook.com/events/523472867857976/

• GENÈVE, Suisse, parc des cropettes à partir de 13h : marche, repas végétalien, conférences.

Et d’autres encore : DUBLIN (Irlande), QUITO (Équateur), ISTANBUL (Turquie), TORONTO (Canada), MONTRÉAL (Canada), BIELEFELD (Allemagne), SZCZECIN (Pologne). N’hésitez pas à aller sur les réseaux sociaux des manifestations pour vous renseigner sur les horaires et les animations.

Pour aller plus loin sur le concept de spécisme

Ryder, Richard D.

Animal Revolution. Berg. (2000) [1989].

« Speciesism », in Marc Bekoff. Encyclopedia of Animal Rights and Animal Welfare. Greenwood. (2009) [1998].

Tom Reagan

Les Droits des animaux, 2013

http://www.cahiers-antispecistes.org/pour-les-droits-des-animaux/

Peter Singer

Comment vivre avec les animaux ?, Empêcheurs de penser en rond, 2004

Waldau Paul

Paul « Speciesism: Historical Views », in Marc Bekoff. Encyclopedia of Animal Rights and Animal Welfare. Greenwood. (2009) [1998].

David Olivier

http://www.cahiers-antispecistes.org/quest-ce-que-le-specisme/

http://david.olivier.name/fr/le-specisme-proprement-dit

Webographie

https://www.end-of-speciesism.org/fr/

http://www.cahiers-antispecistes.org/

http://pense-bete.org/

Source : https://www.end-of-speciesism.org/fr/ ; http://www.cahiers-antispecistes.org/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*