EVI
fren

Les koalas déshydratés, des victimes du réchauffement climatique

Coup de chaud pour les koalas, dont la population décline rapidement. Ils souffrent de déshydratation sévère en raison de fortes canicules et de la destruction de leur habitat naturel. Cette situation demeure « du jamais vu » pour les koalas.

Les scènes déchirantes se multiplient, montrant des koalas affaiblis, obligés de se tourner vers l’homme.

  • Une Australienne qui donne à boire à un koala dans son jardin à l’aide d’un tuyau d’arrosage.

  • Un cycliste qui partage sa gourde avec un koala assoiffé.

  • Des koalas perdus dans les villes, perchés sur des panneaux publicitaires ou des fils barbelés.

  • Un koala déboussolé errant sur des terres défrichées…

Que se passe-t-il donc en Australie ?

La canicule oblige les koalas à boire de l’eau

Le koala est un marsupial endémique de l’Australie. Il est sédentaire et vit dans les forêts d’eucalyptus. La journée, le koala se protège de la chaleur dans les grands arbres au feuillage épais. Il s’alimente la nuit de feuilles d’eucalyptus, qui constituent sa nourriture exclusive, mais aussi sa source d’eau !

L’animal ne boit pas, sauf en période de canicule, car l’eucalyptus contient suffisamment d’eau. Les feuilles de cet arbre sont en fait un poison. Le koala est la seule espèce capable de s’en nourrir, mais ce régime nutritionnel pauvre et toxique lui impose de dormir entre 18 et 20h par jour. Or, l’augmentation du taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère complique encore davantage la vie du koala, en diminuant l’apport nutritionnel des feuilles d’eucalyptus.

♦ Pour plus d’informations sur le koala, voir les Animaux d’Océanie.

Espèce emblématique d’Australie, le koala est malheureusement devenu un symbole des conséquences du changement climatique et de la perte d’habitat.

Une espèce en voie de disparition

Le koala a été classé comme espèce vulnérable à protéger dès 2012 dans certains Etats d’Australie. Depuis 2016, il figure dans la liste rouge des espèces menacées d’extinction. Il est pourtant encore considéré comme un animal ravageur dans quelques Etats, où sa population est régulée.

La population a diminué de 80% en dix ans. On ne compte plus actuellement que 43 000 individus à l’état sauvage, alors qu’ils étaient des centaines de milliers au début du siècle. Avant la colonisation de l’île par les britanniques en 1788, la population de koalas était estimée à 10 millions. Prisés pour leur fourrure, ils ont été victimes d’une chasse intensive au cours des années 1920.

Face au réchauffement climatique, les koalas sont susceptibles de souffrir de déshydratation – dès que le thermomètre dépasse les 30°C. En désespoir de cause, les koalas semblent avoir adopté une attitude de survie : ils cherchent les êtres humains – passants, cyclistes, automobilistes, riverains, fermiers… – pour obtenir de l’eau.

Les feux de brousses sont notamment plus nombreux et ce marsupial, plutôt lent, qui ne se déplace presque jamais sur le sol, est très vulnérable : il ne peut pas les fuir. 

D’autres facteurs expliquent la disparition de l’animal. La croissance urbaine et le développement de l’agriculture se font au prix de la destruction des habitats naturels. Pour construire, des forêts d’eucalyptus sont abattues et défrichées, laissant les animaux sans abri.

Les koalas n’ont d’autre choix que de quitter le bush. Ils s’approchent des côtes urbanisées à la recherche d’eau ou d’espace. Là, ils rencontrent des dangers inédits pour eux, comme le risque de se faire percuter par une voiture en traversant une route, ou encore la prédation par les chiens.

Actuellement, le koala est aussi victime d’une maladie dévastatrice : la chlamydia, une infection bactérienne sexuellement transmissibles. Elle entraîne la cécité, l’infertilité, et parfois la mort.

Bien protéger le koala

  • Pour sauvegarder le koala, il est nécessaire de restaurer son habitat. Cela implique de replanter des eucalyptus mais aussi d’autres espèces de grands arbres cruciaux pour leur survie, car ils s’y abritent le jour.
  • Mais c’est aussi en prenant garde à nos gestes quotidiens, que nous pouvons participer à protéger l’espèce. Le réchauffement climatique est un phénomène mondial qui ne possède aucune frontière. Poursuivre les efforts pour réduire le réchauffement climatique s’impose donc, évidemment.
  • Vous pouvez aussi soutenir par un don les associations locales, telles Wildcare Australia ou l’Australian Koala Foundation. Contribuerez ainsi à préserver les koalas et leur environnement.

koala-wildcare-australia

koala-australian-koala-fondation

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*