EVI
fren

La biodiversité en danger dans le monde entier

Le constat actuel quant à la biodiversité en danger dans le monde est malheureusement alarmant. De nombreuses espèces animales sont menacées, des ressources naturelles sont dévastées et des populations perdent leurs habitats et leurs repères.

Les espèces animales en danger

La Terre englobe de nombreuses espèces animales merveilleuses qui cohabitent sur différentes régions du monde et qui participent à l’équilibre de l’écosystème. Malheureusement, au cours des ans, ces espèces ont fait face à des menaces qui ont participées pour certaines, à les voir disparaître complétement. Une liste rouge mondiale à été crée par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature et de ses ressources (UICN) en 1964 afin de répertorier chaque espèce ou sous-espèce.

Quelques chiffres

. Selon la dernière édition de la liste rouge mondiale (version 2013.1) sur les 70294 espèces étudiées, 20934 sont classées menacées d’extinction au niveau mondial.

. Sur les 7 espèces de tortues marines existantes, 6 sont menacées.

. Plus de 27% des 845 espèces de coraux bâtisseurs de récifs ont été classées comme menacées.

25% des mammifères marins sont menacés.

. Plus de 27% des oiseaux marins du monde sont menacés.

. Lors des 500 dernières années,  l’activité humaine aurait été responsable de l’extinction de 869 espèces.

. L’action de l’homme a entraîné la disparition, en 40 ans, de plus de la moitié des animaux sauvages de la planète.

14,5 milliards d’euros, c’est le coût de la criminalité liée chaque année aux espèces sauvages, qui se classe au 4e rang des activités illicites les plus lucratives au monde.

. Le commerce illicite concerne chaque année 500 à 600 millions de poissons tropicaux, 15 millions d’animaux à fourrure, cinq millions d’oiseaux, deux millions de reptiles, 30 000 primates.

Quelles sont les raisons de ces menaces ?

. La chasse abusive est à l’origine de la disparition d’espèces entières, dans des conditions déplorables et, de plus, bien souvent illégales.

. La destruction des habitats entraîne la modification des milieux dans lesquels animaux et végétaux disparaissent, incapables d’y évoluer.

. Le commerce d’animaux sauvages et la domestication diminuent activement l’expansion à l’état naturel des espèces et interviennent fortement dans la régression de la biodiversité.

. L’introduction d’espèces dans un environnement qui ne leur est pas propre affecte fortement l’équilibre de l’écosystème car elles ne peuvent s’adapter naturellement, ainsi soit elles disparaissent soit elles entraînent la disparition d’autres espèces.

. La pollution des eaux, des sols et le dégagement de CO2 agissent sur le long terme sur les habitats de nombreuses espèces qui n’ont d’autres ressources pour survivre.

Une « crise » au sein de la biodiversité a toujours été considérée comme naturelle, cependant le rythme de disparition des espèces est actuellement 100 à 1000 fois plus élevé que le rythme naturel constaté. L’écosystème vit en cycle : une espèce est nécessaire à une autre. Un déséquilibre provoque ce que l’on appelle la co-extinction, affectant la vie animale, la vie humaine et l’environnement.

 

Environnement et populations

Protéger l’environnement est primordial à l’équilibre de la Terre. Les plantes, les sols, l’air, les eaux, la nature héberge et fait vivre chaque espèce dans le monde, y compris les humains. Pourtant, la destruction de l’environnement a pris une ampleur considérable et, malheureusement, quasi irréversible.

Les forêts tropicales

En matière de diversité biologique, les forêts tropicales ont une importance capitale pour l’écosystème mondial : entre 50 % et 80 % des espèces vivantes, animales et végétales, se trouvent au sein des forêts tropicales humides. Pourtant, des millions d’hectares sont anéantis par la déforestation chaques années, 13 millions d’après la FAO,Food and Agriculture Organization des Nations Unies. Cela entraîne la disparition de ressources immenses, de terres fertiles, d’habitats, ainsi que la transmission de maladies infectieuses et que le dégagement de 25% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Populations

Près de 1.6 milliards de personnes, soit plus de 25% de la population mondiale, tirent des forêts leurs moyens d’existence et 60 millions de peuples indigènes dépendent presque entièrement des forêts. À travers le monde et dans les zones où les populations vivent en communion avec la nature, la dégradation de l’environnement affecte considérablement la qualité de vie humaine.

Pollution

Le réchauffement climatique augmente très rapidement en comparaison aux changements climatiques ordinairement constatés au cours des ans et la pollution envahit les espaces naturels. Dors et déjà sont condamnées nombres d’espèces animales et végétales qui ne peuvent s’adapter. Sur l’ensemble de la planète, 60 % des milieux naturels ont été dégradés au cours des 50 dernières années.Il est établi avec au moins 90% de certitude que le réchauffement observé ces cinquante dernières années provient essentiellement de l’augmentation des gaz à effet de serre générés par les activités humaines (chauffage, transports, industries, élevage intensif).

Sources : UICN ; IFAW ; WWF UNESCO ; La nature du crime ; Rapport planéte vivante ; Traffic