EVI
fren

L’ordre national des vétérinaires recommande l’interdiction de mammifères sauvages dans les cirques

Une prise de position à assumer pour l’Ordre National des Vétérinaires

En réponse aux lettres des associations Paris Animaux Zoopolis et One Voice, Jacques Guérin, président de l’Ordre National des Vétérinaires a déclaré que l’Ordre :

« adhère à la recommandation [de la Fédération des Vétérinaires Européens le 6 juin 2015] ainsi prise de promouvoir l’interdiction, dans les États européens, de l’usage des mammifères sauvages dans le cadre de cirques itinérants qui ne peuvent satisfaire aux besoins physiologiques et sociaux de ces animaux. »

Extrait de la lettre de réponse à One Voice le 3 octobre 2017

Après que de nombreuses associations ont félicité cette prise de position, voyant ici une annonce historique des vétérinaires contre la présence d’animaux sauvages dans les cirques, Ghislaine Jançon, responsable de la commission vétérinaire et bientraitance animale et donc membre de l’Ordre National des Vétérinaires, a souhaité nuancer ces propos dans une interview pour Libération, insistant sur le fait que cette interdiction vise uniquement les cirques qui sont dans l’incapacité de satisfaire convenablement les besoins des mammifères sauvages.

Or, l’Ordre National des Vétérinaires confirme dans cette lettre leur adhésion à l’avis pris par la Fédération des Vétérinaires Européens (FVE) le 6 juin 2015 et dont l’Ordre est co-signataire. Cet avis recommande :

« à toutes les autorités compétentes européennes et nationales d’interdire l’utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinérants dans toute l’Europe, compte tenu de l’impossibilité absolue de répondre de façon adéquate à leurs besoins physiologiques, mentaux et sociaux. »

Extrait de l’avis de la Fédération des vétérinaires pris le 6 juin 2015

La FVE est formelle : en aucun cas, un cirque quel qu’il soit ne peut fournir un environnement propice au bon développement des mammifères sauvages. Dès lors que l’Ordre National des Vétérinaires déclare adhérer à cette recommandation, il doit le faire dans sa totalité et assumer pleinement sa prise de position. 

interdiction-cirque

© Trevor Paterson on Unsplash

De plus, l’avis ne laisse pas de place aux doutes concernant la position de la FVE d’être contre les cirques avec des mammifères sauvages. Elle déclare que les besoins physiologiques, mentaux et sociaux des animaux sauvages captifs restent identiques à leurs congénères à l’état sauvage.

La Fédération des Vétérinaires Européens ajoute également qu’il y a peu, voire aucun bénéfice éducatif, économique, pour la conservation ou pour la recherche issues de l’utilisation de ces animaux dans les cirques qui pourrait justifier leur exploitation.

Enfin, la dangerosité de la présence d’animaux sauvages est également souligné que ce soit pour les animaux eux-mêmes, le personnel des cirques et le public.

Ainsi, la FVE recommande aux propriétaires de cirques de reloger les animaux ou en dernier recours l’euthanasie.

Cet avis remet en cause l’arrêté du 18 mars 2011 permettant l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques et fixant les conditions de détention et d’utilisation en France.

Actuellement, selon Code Animal, 27 pays dans le monde interdisent totalement la présence d’animaux, sauvages ou non, dans les cirques : Belgique, Autriche, Estonie, Hongrie, Danemark, Suède, Mexique, Bolivie, Bulgarie, Chypre, Costa Rica, Croatie, Finlande, Grèce, Inde, Israël, Lettonie, Liban, Malte, Pays Bas, Pérou, Portugal, Singapour, Slovénie, Suède, Guatemala, Roumanie tandis que d’autres pays dont l’Allemagne, l’Australie, les États-Unis, l’Irlande, la Norvège ou l’Argentine ont mis en place des interdictions partielles.

En France, 60 communes dont 14 de plus de 20 000 habitants refusent les cirques avec animaux. Il est temps que le gouvernement français prenne en considération les recommandations de la FVE et mette un terme définitivement à ces spectacles cruels.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur la réalité des conditions de vie des animaux sauvages dans les cirques, les réglementations et les cirques détenant des animaux, vous pouvez consulter :

Agir pour la disparition des cirques avec animaux

Afin de pousser l’État à interdire l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques, il est important de montrer que l’opinion publique ne cautionne plus l’exploitation des animaux sauvages dans ce domaine et qu’elle se mobilise pour y mettre un terme. 

interdiction-cirque

© Elmira G. on Unsplash

La signature de pétitions est un premier pas pour montrer votre désaccord. Elles sont nombreuses :

Pétition relayée par notre association pour Libérer l’éléphante Maya du cirque la Piste d’Or.

One Voice Un jour de trop dans les cirques et Les cirques avec animaux ne sont pas notre patrimoine.

Code Animal Stop à l’utilisation de l’Ankus, Instauration d’une date limite d’exploitation, Contre l’inscription du cirque avec animaux comme patrimoine culturel, Pour le placement en retraite des éléphantes Lehcmee, Mina et Kamala.

Mais aussi 30 millions d’amis Pour des cirques sans animaux sauvages ; Fondation Brigitte Bardot Contre les animaux dans les cirques ; Association Cali Pour des cirques sans animaux ; De nombreuses autres pétitions existent sur les sites de pétitions tels que change.org, mesopinions.com.

Sollicitez votre mairie par la biais de lettres et de rendez-vous. Le site Cirques de France (ICI) ainsi que One Voice (ICI) mettent à votre disposition des lettres type destinées aux mairies ainsi que des modèles de documents pour aider votre mairie dans sa démarche de refuser les cirques avec animaux au sein de sa commune.

Un cirque avec animaux est annoncé en ville : les bons réflexes du parfait défenseur des animaux (Guide de One Voice)

Les animaux dans les cirques savoir, comprendre, agir à télécharger ICI (Guide de Code Animal)

Visitez les ménageries des cirques et vérifiez qu’ils respectent la loi. Pour cela, référencez vous aux guides cités précédemment. Dans le cas, où vous observez un manquement à la réglementation, vous pouvez contacter les associations ou la Direction départementale de la protection des populations de votre préfecture.

* La Fédération des Vétérinaires d’Europe (FVE) compte 44 organisations vétérinaires de 38 pays européens, représentant 240 000 vétérinaires. La FVE promeut la santé animale, le bien-être animal et la santé publique à travers l’Europe.

Allison Demailly, rédactrice EVI

Allison_Demailly

Dans une société où tout va à cent à l’heure et où les préoccupations du quotidien nous éloignent des dégâts causés à la planète, il est important de multiplier les actions afin d’informer et de sensibiliser les personnes au monde qui nous entoure. Une harmonie est possible entre l’homme et la nature. Il suffit que chacun y mette sa patte.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*