enfr
Noël alternatif

Noël alternatif : et si on consommait autrement ?

À quelques semaines du réveillon, la question écologique demeure cette année encore une problématique majeure. Inépuisable source de déchets, c’est près de 20 % de détritus en plus qui seront produits en période de fêtes. Alors que nos poubelles frôlent l’indigestion, il existe des solutions alternatives pour un Noël plus durable.

Noël une inépuisable source de déchets

Malgré le climat d’exaltation général, l’impact massif sur l’environnement reste le reflet d’une surconsommation évidente. Dès le 24 novembre, le Black Friday donne traditionnellement le coup d’envoi de la période des achats de fin d’année à un mois jour pour jour du réveillon. Entre calendrier de l’Avent jetable, décorations gourmandes en électricité, sapins en plastique faussement écologiques et jouets à empreinte carbone élevée, Noël n’est pas un cadeau pour la planète.

Calendriers de l’Avent : d’un point de vue écologique, la réalité est alarmante

Avant même d’entrer dans les 24 premiers jours de décembre et de penser aux cadeaux, un objet s’est glissé dans nos habitudes depuis près d’un siècle. Produit incontournable de Noël, le calendrier de l’Avent a réussi à s’élever au rang de tradition jusqu’à devenir indispensable. Ces dernières années, le marché de cette boîte en carton s’est diversifié à l’extrême : bière, beauté, aliments pour animaux, lingerie ou traditionnels chocolats… les marques rivalisent d’inventivité pour pousser à l’achat. En 2014, les calendriers de grandes distributions ont rapporté 387 millions d’euros.

Financièrement, le calendrier a donc un grand potentiel commercial. D’un point de vue écologique, la réalité est alarmante. Chaque année, des milliers de tonnes de cartons et de plastique partent à la déchèterie.

En ce qui concerne le contenu, les calendriers dévoilant des chocolats sont rarement issus de filière durable, et les autres calendriers fournissent des emballages supplémentaires (bouteilles en verre, emballages plastiques …).

D’un point de vue écologique et santé, les calendriers de l’Avent à base de chocolats industriels vendus dans les grandes surfaces contiennent bon nombre de colorants artificiels, d’additifs, d’ingrédients de synthèse, et de la lécithine de soja souvent issue de soja OGM et de plantations non durables. Il faut également mentionner que pour une alternative végane qui exclut toute forme d’exploitation animale il faudra soigneusement éviter les chocolats contenant des traces de lait, chose peu aisée dans les circuits traditionnels de vente.

Afin de réduire l’impact environnemental et les conséquences sur la santé, un choix plus écologique et zéro-déchet est possible. Il existe en effet des solutions tels que :

– l’achat de calendriers biologiques, véganes et équitables que l’on trouvera en magasins spécialisés et sur internet,

– la fabrication artisanale de son propre calendrier qui s’avère être la meilleure alternative. Plusieurs options sont possibles : bois, carton, papier, ou encore le tissu. Entièrement fabriqué à partir de matériaux qui trouvent une seconde vie, le calendrier de l’Avent permet alors de réduire ses déchets tout en conservant l’aspect traditionnel. Réutilisable au fil des années et économique, il permet de développer son esprit créatif tout en contrôlant le contenu des cases.

Arbre de Noël et empreinte environnementale : est-ce possible ?

Si le calendrier reste un incontournable des fêtes de fin d’année (avec près de 850 000 calendriers en chocolats traditionnels vendus), il est loin derrière les 7,1 millions de sapin achetés en 2016.

Symbole de tradition, l’arbre de noël est aussi au cœur des débats écologiques. Sapin naturel ou sapin artificiel ? Quel est le bon choix environnemental ?

sapin écologie

Photo by Annie Spratt on Unsplash

Fabriqué en plastique (généralement dérivé de combustibles fossiles tels que le pétrole, le gaz ou le charbon) le sapin artificiel n’est donc pas renouvelable. S’il représente 15 à 20 % des ventes de sapins en 2016 d’après l’étude de Kantar TNS, son processus de production coûteux en énergie et en plastique est émetteur de gaz à effet de serre. Souvent importé d’Asie, il est changé en moyenne tous les trois ans en France, ce qui ne couvre pas la pollution émise par la fabrication, le transport et la destruction.

Pour des raisons environnementales, mieux vaut lui préférer un sapin naturel issu de plantations dédiées spécialement à cette activité. Intégralement biodégradable, le sapin sert — entre autres — d’habitat aux animaux sauvages. Néanmoins, certains conifères dérogent à la règle. Il convient donc d’être attentif à la provenance (la région de production), et le label.

L’Association Française du Sapin de Noël Naturel (AFSNN) souligne que le sapin naturel « limite les émissions de gaz à effet de serre en absorbant du CO2 durant sa croissance » et conseille de préférer « les démarches collectives de marquages territoriaux tels que “Légende du Morvan”, “Morvan, Nature et Talents”, et “Marque Savoie” ». D’autres appellations telles que « Plante Bleue » ou « issue de l’Agriculture Biologique » sont gage de durabilité. Pour sa destruction, les municipalités de grandes villes telles que Paris, Lyon ou encore Bordeaux ouvrent des points de collecte temporaires afin de déposer les sapins de Noël utilisés qui seront broyés et recyclés en compost. Par ailleurs, d’autres solutions existent telle que la décoration d’arbre ou arbuste d’intérieur, assurément plus durable !

Guirlandes lumineuses : la planète crie à LED

Si la plupart des villes françaises se sont engagées dans une démarche de réduction de la consommation d’électricité des illuminations de Noël en retirant notamment des ampoules sur les guirlandes, des solutions environnementales plus durables existent. Les guirlandes LED (ou DEL, pour diode électroluminescente) ont une consommation d’électricité inférieure de 60% à 75% par rapport aux ampoules classiques à incandescence. Si une ampoule classique consommera en moyenne entre 5 et 20 watts, l’ampoule LED n’utilisera que 0,05 à 1 watt soit près de 5 fois moins qu’une ampoule classique. Choisir des guirlandes solaires pour décorer votre extérieur peut aussi être une option. Respectueuses de l’environnement et très économiques elles sont néanmoins plus difficiles à trouver et plus onéreuses à l’achat qu’une guirlande classique.

Objectif zéro-déchet

Durant la période des fêtes, la quantité de déchets générés par les emballages cadeaux est considérable et participe activement au remplissage de nos poubelles. Consommés à profusion, ils sont souvent fabriqués avec des matières premières non-renouvelables.

Afin de réduire l’impact sur l’environnement, il existe des pratiques pour emballer responsable, notamment en utilisant du papier recyclé. Les symboles FSC ou PEFC sont signes que le papier est issu de plantation durable.

tissucadeau

Photo by Joanna Kosinska on Unsplash

Dans une démarche zéro-déchets, emballer des cadeaux dans du tissu en utilisant des techniques de nouage reste la meilleure alternative et est à la fois économique et personnalisable.

Si des changements vers des fêtes de fin d’année plus écologiques et responsables semblent se profiler depuis ces dernières années, le Noël zéro-déchet et 100% durable pour tous reste tout de même un objectif lointain. Afin de réduire notre impact sur l’environnement et de faire avancer les mentalités chacun peut agir en choisissant des solutions alternatives et en les faisant découvrir autour de soi. Après tout, le partage reste une valeur au cœur de Noël.