EVI
fren

Où seront nos éléphants de Selous en 2022 ?

Triste nouvelle pour les éléphants, ces majestueux pachydermes qui, victimes du braconnage intensif, pourraient disparaître de la réserve naturelle Tanzanienne de Selous d’ici 2022.

Où se situe la réserve de Selous ?

selouLa réserve de Sélous est la plus grande d’Afrique avec ses 54 600 km2 et la seconde au niveau mondial… Elle est située dans le sud de la Tanzanie près de la côte orientale.

De part sa faune diversifiée et de son paysage encore resté authentique, L’UNESCO l’a classée au patrimoine mondial en 1982. Et oui, au coeur de cet espace sauvegardé se trouvent bon nombre d’espèces telles que des éléphants, des hippopotames, des lycaons, des buffles, des crocodiles et plus de 350 variétés d’oiseaux !

Un nombre toujours plus réduit d’éléphants

Hélas, l’hécatombe continue, alimentée par le trafic illégal d’ivoire encouragé par une forte demande asiatique. Il ne reste aujourd’hui que 15 000 éléphants dans cette réserve naturelle contre 110 000 dans les années 70 !

L’Afrique, et plus particulièrement la Tanzanie, subit depuis plusieurs années ce « braconnage industriel« . En effet, selon une étude parue en novembre 2014 par l’Agence d’investigation environnementale (EIA) basée à Londres, « la Tanzanie joue aujourd’hui un rôle central dans le commerce illégal de l’ivoire. En 2013, 10 000 éléphants ont été tués, soit l’équivalent de 30 par jour. Cette crise du braconnage est due à un mélange toxique entre apparition d’organisations criminelles chinoises et corruption de certains membres de l’administration tanzanienne ».

Un massacre bien rodé

Les braconniers sont si bien organisés qu’il est difficile de lutter ! Ces derniers amorcent leurs crimes avec des armes AK-47, des obus ou encore de grenades. Ils blessent rapidement. « Vous avez une première équipe qui vient et qui repère la zone, arrive ensuite l’équipe de tueur qui exécute le groupe », explique Howard Frederick, biologiste de la conservation des éléphants. « Ils s’en vont ensuite vers une autre zone pendant que l’équipe de bouchers extrait les défenses avant l’arrivée de l’équipe de transporteur. » Ces éléphants sont alors dépouillés de leurs ivoires gisant encore vivants, et abandonnés sur place sans concession. Ces bandes sont dans la majorité des cas basées à Dar es Salaam, ville portuaire à proximité de la réserve de Sélous.

Voici une triste vidéo prise au nord du Cameroun, qui démontre la réalité du braconnage :

Mais ne perdons pas espoir, la sonnette d’alarme s’est faite entendre puisque des associations, comme le fond mondial pour la nature, incite le gouvernement Tanzanien à faire des efforts pour que d’ici 2018 le braconnage industriel prenne fin. On croise les doigts !

Et nous on fait quoi dans cette histoire ?

Pas grand chose ? Détrompez-vous. Même à votre échelle, chaque implication est importante !

  • Prenez le temps d’identifier les objets composés ou entièrement réalisés en ivoire afin d’éviter tout achat de ce type. L’ivoire peut prendre cette apparence : 
  • Informez-vous. De nombreux organismes, tels que Tanzania Eléphant Protection Society (TEPS), Sauvez les éléphants d’Afrique (S.E.A.), International Fund for Animal Welfare (IFAW) etc, mettent tout en place pour préserver les éléphants. Et, si possible, mobilisez-vous ! Tout corps de métier est utile. 
  • Sensibilisez votre entourage.

selous-elephants

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*