EVI
fren

Pétition pour la création du sanctuaire marin de la mer de Ross

peninsule-ross

Il y a quelques semaines, nous vous encouragions à signer la pétition lancée par Avaaz pour l’extension de la réserve marine de Papahânaumokuâkea située au nord-ouest des côtes hawaïennes.

Nous sommes ravis de vous apprendre la réussite de ce projet. En effet, le président américain Barack Obama a annoncé, le vendredi 26 août, lors de la Conférence des dirigeants des îles du Pacifique, l’extension de la zone protégée passant de 362 073 km à 1 508 870 km et faisant d’elle la plus grande réserve marine au monde.

Il s’agit d’une véritable victoire pour la protection des océans. Pour Irina Bokova, la directrice générale de l’UNESCO :

« L’extension de Papahānaumokuākea est un symbole fort de détermination à protéger l’environnement. C’est aussi le moyen de renforcer la résilience des sociétés menacées par le changement climatique et les phénomènes extrêmes, et de comprendre et de protéger les écosystèmes naturels dont nos vies dépendent »

La protection de 30 % des océans est indispensable à leur régénération. Ces dernières années ont vu la création de nombreuses réserves marines mais cela est encore insuffisant pour atteindre cet objectif. Il faut donc poursuivre les efforts et encourager ces initiatives.

D’autres zones marines méritent d’être protégées à l’image de Papahânaumokuâkea et la mer de Ross en est un parfait exemple.

L’une des dernières régions encore totalement sauvage

La mer de Ross est une baie profonde de l’océan austral bordant le continent Antarctique. Cette baie est souvent surnommée « le dernier océan» car elle est considérée comme le dernier écosystème marin intact de la planète. En effet, son éloignement et son environnement dur explique qu’elle fut épargnée par la pollution, la surpêche ou les espèces invasives durant de nombreuses années.

Elle abrite un écosystème exceptionnellement riche de plus de 10 000 espèces uniques notamment une dizaine d’espèce de mammifères, une demi-douzaine d’espèce d’oiseaux, 95 espèces de poissons et plus de 10 000 invertébrès. On y trouve en particulier un tiers des manchots Adélie, des manchots empereurs, des baleines de minke, des léopards de mer ou encore des orques.

Lieu d’observation privilégié pour la science

Étant le dernier écosystème marin protégé au monde, la mer de Ross est particulièrement importante pour les recherches scientifiques afin de comprendre le fonctionnement d’un écosystème marin sain. Dernièrement, les scientifiques ont observé durant plusieurs semaines les baleines bleues afin de comprendre comment cette espèce gravement touchée par la chasse durant la moitié du XIXe siècle se remet de ces massacres. Selon, la Commission baleinière internationale, 2 300 baleines sont actuellement dans l’océan Austral après que 360 000 baleines ont été tuées au XIXe siècle.

ross-baleine-bleue

La Russie s’oppose à la création d’une réserve marine

La Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l’Antarctique porte depuis plusieurs années, le projet de création d’une réserve de plus de 1,5 million de kilomètres carrés dans la mer de Ross.

Pendant des années, l’océan Austral a été protégé par son éloignement. Malheureusement, après avoir épuisé les ressources de leur propre pays, les lobbies de pêche ont aujourd’hui jeté leur dévolu sur cette baie. Cette zone est notamment le lieu privilégié de la pêche de la légine, un poisson carnassier dont le met est très apprécié au Japon et au États-Unis. Les navires russes sont des adeptes de cette pêche et bloquent, par conséquent, ce projet de réserve protégée.

En effet, le ministère de la Pêche russe a déclaré à l’AFP que le système de régulation de la pêche, supervisé par plusieurs organisations mondiales «répond pleinement aux exigences modernes concernant la préservation de la diversité et ne nécessite pas de changement radical».

De plus, le krill, crevette translucide qui forme l’aliment central de plusieurs espèces de l’Antarctique, intéresse de plus en plus la pêche industrielle. Cette crevette sert notamment à la confection de la nourriture de poisson d’élevage et de compléments alimentaires.

Or, leur population a fortement baissé dans la péninsule occidentale du fait du réchauffement climatique et de la pêche. Les organisations environnementales dénoncent notamment le fait que les navires de pêche effectuent leur prélèvement trop près des zones de reproduction et de nourrissage des manchots qui se nourrissent quasi-exclusivement de cette crevette. Cilia Indahl responsable de la branche développement durable du groupe norvégien de pêche Aker Biomarine se défend de ne prélever que 0,5% des 60 millions de tonnes avalés par années par les différentes espèces.

La mise en place d’une zone marine protégée empêcherait la poursuite de la pêche sur cette zone et permettrait à la mer de Ross d’être le seul endroit au monde encore vierge de toutes activités humaines.

Pétition Avaaz : Russie: créez la plus grande réserve marine du monde

Dans un contexte général de déclin des océans, il est important de défendre des endroits comme la mer de Ross. La Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l’Antarctique devrait mettre à jour sa régulation lors de son assemblée annuelle en octobre. Une nouvelle fois, la Russie va devoir se prononcer sur la création de la réserver marine et nos votes pourraient pousser sa décision en faveur de la protection de la zone. Alors n’hésitez pas à aller signer cette pétition. Nous avons vu que cela n’est pas en vain.

La pétition ICI !

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*