Projet d'exploitation d'hydrocarbures en mer de Trump - EVI
EVI
enfr
mer-trump
offshore drilling platform in Alaska. J.BROOKS/AP/SIPA

Projet d’exploitation d’hydrocarbures en mer de Trump

Le président des États-Unis, Donald Trump, continue à inquiéter les défenseurs de la planète. Il a d’abord signé un décret pour la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique qui menace de dérégler le mode de vie de nombreux animaux vivant à proximité. Après avoir décidé de rouvrir la chasse aux loups et aux ours en Alaska en avril 2017, il souhaite désormais relancer l’exploitation d’hydrocarbures en mer au large de la Californie, de la Floride et de l’Arctique.

En géologie, l’exploitation d’hydrocarbures en mer est le percement du fond des océans, dans le but de sonder ou d’exploiter un gisement de pétrole sous-marin appelé aussi forage off-shore.

Pourquoi Trump veut-il relancer l’exploitation d’hydrocarbures en mer ?

America First

Le leitmotiv du président américain « America First » se confirme avec ce projet. Car la raison principale qui motive le projet du président américain de rouvrir les vannes de forage en mer est sans aucun doute l’appât du gain. En effet, il a lui-même souligné l’importance de cette exploitation en mer pour l’économie américaine.

L’objectif est « de permettre un développement responsable des zones offshore qui fera rentrer de l’argent dans les caisses de l’État et créera des emplois pour nos travailleurs« . En effet, les forages pétroliers et gaziers en mer représentent le sixième de la production d’hydrocarbures américains.

La décision, qui s’appliquerait à compter de 2019 avec un étalement sur cinq ans, concerne 90 % des eaux littorales américaines.

Quels risques pour l’écosystème ?

Vers une dégradation de l’environnement marin

Le 20 avril 2010, la plate-forme de forage pétrolier Deepwater Horizon, explosait dans le golfe du Mexique, faisant onze morts et déversant 4,9 millions de barils de brut dans la mer. Ce fut alors la pire marée noire que les États-Unis n’aient jamais connue. Le désastre écologique fut tel que Barack Obama, alors président, avait renforcé la réglementation et les mesures de sécurité. Le risque d’une seconde catastrophe environnementale est donc bien réel car il est impossible de garantir qu’une marée noire ne surviendra pas une fois encore.

De plus, plusieurs zones protégées pourraient être touchées par l’exploitation de plates-formes. L’ONG Oceana avertit que ces mesures « radicales » menacent « l’équilibre et l’économie des côtes, lesquels reposent sur un océan sain ».

Le gouverneur de Floride, Rick Scott, partage l’inquiétude des associations environnementales et a demandé le retrait de la Floride de la liste des régions concernées par le projet de forage en mer. D’autres régions comme l’Arctique refusent également l’exploitation d’hydrocarbures afin de protéger leurs ressources naturelles.

La faune marine en grand danger

baleine-trump

Baleine franche du Groenland

Si l’Arctique s’oppose au projet du gouvernement Trump, c’est que la région est l’habitat d’espèces de mammifères marins uniques au monde. Les narvals, les bélugas, les baleines blanches, les morses et les baleines du Groenland se rendent dans le détroit de Davis et la mer de Baffin en hiver. Les ours polaires sont présents dans l’océan Arctique de février à mai ainsi que les phoques. Les nappes de pétrole constituent un risque d’empoisonnement pour ces animaux.

Il existe aussi un risque important de la perturbation de la chaîne alimentaire des océans. Par exemple, si les phoques barbus venaient à disparaître, la chaîne alimentaire serait rompue ; l’ours polaire se trouvant privé de sa principale nourriture qu’est le phoque.

Enfin, la construction de plate-formes pétrolières ou d’oléoducs sont à l’origine de la mort de nombreux coraux d’eau froide. Les pipelines – gros tuyaux qui transportent le gaz au fond des océans – et les engins mécaniques utilisés pour explorer les fonds marin détruisent le corail.

 

corail-trump

Corail d’eau froide
Photo : Calvin Tang – Curiomo

La situation en France

La France souhaite sortir de la production d’hydrocarbures. Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a présenté en septembre dernier en un projet de loi pour interdire à terme la production d’hydrocarbures en France.

La loi prévoit qu’aucun nouveau permis d’exploration d’hydrocarbures ne sera attribué afin de stopper la recherche de nouveaux gisements de pétrole ou de gaz. Par ailleurs, les autorisations d’exploitation existantes ne seront pas renouvelées au-delà de 2040. La production devrait donc s’amenuiser au fil des années jusqu’à disparaître complètement.

Et vous que pouvez-vous faire ?

Soutenez les organisations qui promeuvent la préservation des fonds marins telles que Marine Conservation Institute.

Tenez- vous informés et partagez cette vidéo qui résume le projet d’exploitation d’hydrocarbures américain afin de sensibiliser un maximum de personnes.

La faune et la flore au pied du mur

Trump signe un décret autorisant l’ouverture de la chasse aux loups et aux ours en Alaska

Marjorie de Larichaudy, rédactrice EVI

J’aime la beauté des choses de l’intérieur, du dedans, qui relèvent de l’intime : comme les belles histoires d’amour et de courage que renferment les livres ou le magnifique souvenir enfoui dans une photographie. Mais j’ai vite compris qu’il y avait plus beau à contempler, dehors, à l’extérieur : le monde. Si ma plume peut chatouiller les consciences d’un plus grand nombre, c’est avec un réel plaisir que je la prendrai pour soutenir cet admirable combat qu’est la protection de l’environnement et de tous les êtres qui y vivent.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*